Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.internal_encoding is deprecated in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/string/string.php on line 27

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.input_encoding is deprecated in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/string/string.php on line 28

Deprecated: iconv_set_encoding(): Use of iconv.output_encoding is deprecated in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/string/string.php on line 29
CAS DES BAPA DE L'OUEST-CAMEROUN : FEMINITES BIOLOGIQUES ET FEMINITES SOCIOCULTURELLES : ETUDE ANTHROPOLOGIQUE DES REPRESENTATIONS DE LA FEMME DANS LE GRASSFIELDSCAMEROUNAIS

www.bapaecole.org                                              SERVICE–SACRIFICE-PATRIOTISME


La Chefferie et les Chutes BAPA

Articles les plus consultés


Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Statistiques

Visiteurs
4
Articles
188
Liens internet
1
Compteur d'affichages des articles
412215

Qui est en ligne

Nous avons 26 invités et aucun membre en ligne

Images Défilantes

Calendrier Spider


Strict Standards: Only variables should be assigned by reference in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/modules/mod_spidercalendar/mod_spidercalendar.php on line 10

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Décompte DPCalendar

Heure et Date Courante

Friday
Universal Time, Coordinated (UTC)

Images

langue bapa
Regroupement autour du feu pour apprendre le Bapa

Connexion

Images JOSEPH TEFANG

IMAGES BAPA

Apprendre le kan
This bridge is very long
Case traditionnelle
This slideshow uses a JQuery script adapted from Pixedelic

Notice: Undefined offset: 23 in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/modules/mod_slideshowck/tmpl/default.php on line 20

Notice: Trying to get property of non-object in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/modules/mod_slideshowck/tmpl/default.php on line 21

Notice: Trying to get property of non-object in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/modules/mod_slideshowck/tmpl/default.php on line 22

Notice: Trying to get property of non-object in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/modules/mod_slideshowck/tmpl/default.php on line 42

Notice: Trying to get property of non-object in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/modules/mod_slideshowck/tmpl/default.php on line 42

Notice: Trying to get property of non-object in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/modules/mod_slideshowck/tmpl/default.php on line 46
Notice: Trying to get property of non-object in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/modules/mod_slideshowck/tmpl/default.php on line 48
data-alignment="">
Notice: Trying to get property of non-object in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/modules/mod_slideshowck/tmpl/default.php on line 49

Notice: Trying to get property of non-object in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/modules/mod_slideshowck/tmpl/default.php on line 53

Notice: Trying to get property of non-object in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/modules/mod_slideshowck/tmpl/default.php on line 53

Bon à savoir, Nous nous faisons un plaisir de reçevoir vos remarques et souhaits par mails ou en nous contactans à partir du sous-menu "Me contacter". Merci !!!

CE SITE WEB EST SOUS LE HAUT PATRONNAGE DE LA VIERGE DE L'IMMACULEE CONCEPTION.

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Note utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 

FEMINITE SOCIOCULTURELLE : Entretien avec les détenteurs de la tradition

 

FEMINITES BIOLOGIQUES ET FEMINITES SOCIOCULTURELLES : ETUDE ANTHROPOLOGIQUE DES REPRESENTATIONS DE LA FEMME DANS LE GRASSFIELDSCAMEROUNAIS

 

 

 

 

 


                                               CHEZ LES BAPA DE L’OUEST- CAMEROUN

I.                   DENOMINATION DES AMIS ET DES ALLIE (E) S DE LA FEMME DANS LE GRASSFIELDS              

I.1. Amis

1. Dans votre communauté d’appartenance, quel est le terme qui est utilisé pour désigner ami ? Quelle est la traduction littérale de ce mot ?

1.2. Le terme qui est utilisé pour désigner ami ?= «Sou’ou», «sou-a», «Soumeu», «Wè teum nô meu», «Sou-mèkèla’a», «Sou-tcho’on», «Sou-ka’a», «Sou-ghing», «Sou-ghom», «Sou-nteu», «Sou-thùme», «Sou-whouo’o», «Sou-fa’a», «Sou-tchè nô», «Sou-kwon nye nené», «Sou-ba’ap dem», «Sou –youn veum», «Sou-djyme», «Sou-tseug», «Sou-lhyme», «Sou-Fé», «Sou-kem», « Sou-go’om na’a», «Sou-na’a» ou «Sou-nö», « Sou-nwe», «Sou-tcha’an», «Sou-tche fa’an djyme», «Sou-lo’om», «Sou-lo’on», «Sou-gha’ap», «Sou-lan-lan», «Sou-zè», «Sou-sekou», «Sou-lou’ou», «Sou-ton ndyé», «Sou-ka’ape», «Sou-tchepon», «Sou-wèze ou tchen».   etc…

1.3. La traduction littérale de ce mot ?=

«Sou’ou» = soutien, en bas, qui transporte, ami; 

«Sou-a» = mon soutien, mon support, mon ami;

«Soumeu» = soutien de quelqu’un, support de quelqu’un;

«Wè teum nô meu» = ce qui sorti de quelqu’un; ce qui est sorti de moi, un autre moi;

«Sou-mèkèla’a» = ami des beignets;

«Sou-tcho’on» = ami du vol;

«Sou-ka’a» = ami de la promenade;

«Sou-ghing» = ami du clan d’âge;

«Sou-ghom» = ami du bavardage, de la parole; dialogue, d’écoute ; d’échanges;

«Sou-nteu» = ami de vrai, ami de la vie, amitié solide;

«Sou-thùme» = ami de cœur, ami d’amour;

«Sou-whouo’o» = ami du deuil;

«Sou-fa’a» = ami du travail;

«Sou-tchè nô»  = ami de sang;

«Sou-kwon nye nené» =Ami d’amour vrai;

«Sou-ba’ap dem» =Ami, du rat,

«Sou –youn veum» = Ami de la chasse;

«Sou-djyme» = Ami de l’obscurité;

«Sou-tseug» = Ami de la nuit;

«Sou-lhyme» = Ami du vampirisme;

«Sou-Fé» = Ami du chef, de sa Majesté;

«Sou-kem» = Ami du notable;

«Sou-go’om na’a» = Ami de l’autorité, de l’état, de l’administration;

«Sou-na’a» ou «Sou-nö», = ami du corps, ami quelconque, ami sans lien, ami inconnu;

«Sou-nwe» = des événements, des imprévus;

«Sou-tcha’an» = ami des problèmes, activateur des problèmes;

«Sou-tche fa’an djyme» = Ami fidèle;

«Sou- lo’om» = Ami du kongossa; mouchardage;

«Sou-lo’on» = Ami de la paresse;

«Sou-gha’ape» = Ami du concubinage, de l’infidélité;

«Sou-lan-lan»= Ami silencieux;

«Sou-zè» = ami de naissance;

«Sou-sekou» = ami d’école;

«Sou-lou’ou» = Ami de la boisson, de l’alcool;

«Sou-ton ndyé»   = Ami de la famille;

«Sou-ka’ape» = ami pour l’argent;

«Sou-tchepon» = mauvais amis

«Sou-wèze ou tchen» = Ami de nourriture ou de repas;

2. Dans l’esprit de la tradition, qu’est-ce que ce mot veut dire ?

«Sou’ou» = soutien, en bas, qui transporte, ami  =  un support de la vie, une aide providentielle à ma vie;  une personne différente de mes parents, d’un membre de ma famille avec qui je chemine; à qui je dis tout.

«Sou-a» = mon soutien, mon support, mon ami = ma part de personne intime, amicale que Dieu a donné; un autre moi.

«Soumeu» = soutien de quelqu’un, support de quelqu’un = ta part de personne que la nature a donné ; et qui auprès de toi d’épaule, d’écoute;

«Wè teum nô meu» = ce qui sorti de quelqu’un; ce qui est sorti de moi, un autre moi = il est un autre toi-même ; de même que Dieu avait endormi Adam pour ressortir sa côte pour lui façonner la femme;

«Sou-mèkèla’a» = ami des beignets = ami rien qu’autour de la nourriture, amitié peu profonde;

«Sou-tcho’on» = ami du vol = pour la tradition, c’est une amitié déconseillée ; car il s’agit des antivaleurs, la mauvaise compagnie; une amitié destructive de l’éducation reçue des parents; ils en sont très furieux;

«Sou-ka’a» = ami de la promenade = amitié de la rue qui n’arrive pas à la maison ; connaissance superficielle ne pouvant pas aboutir à grande chose;

«Sou-ghing» = ami du clan d’âge = clan d’âge, ayant cheminé sur les mêmes pas, les mêmes espaces, de la même génération;

«Sou-ghom» = ami du bavardage, du kongossa, de la parole = ayant les mêmes idées, les mêmes arguments, ayant fait la même école, ayant eu les mêmes maîtres, les mêmes enseignants, les mêmes professeurs;

«Sou-nteu» = ami de vrai, ami de la vie, amitié solide =amitié solide, basée sur les grandes valeurs de la vie de l’amour, du pardon, du dialogue, de la vérité, de la compassion, de la sincérité;

«Sou-thùme» = ami de cœur, ami d’amour =

«Sou-whouo’o» = ami du deuil = amitié à l’occasion des obsèques, quand il y a deuil on se retrouve, se console, s’entraide;

«Sou-fa’a» = ami du travail = solidarité dans le travail, quand je construis ma maison, tu viens m’aider ; tu contribue sachant qu’à ton tour je contribuerai;

«Sou-tchè nô»  = ami de sang = ami de sang, prêt d’aller au sacrifice suprême l’un pour l’autre ; on fait parfois un pacte de sang : «on se blesse tu suce mon sang je suce le tiens»   et l’alliance est signée signée.

 

3. Au regard de la tradition, quels sont les types d’amis qu’une femme doit avoir ? Quelle est la traduction de chaque type d’ami en langue ?

3.1. Types d’amis qu’une femme doit avoir  = «Sou-zè», «Sou-ton ndyé», «Sou-tche fa’an djyme», «Sou-tche fa’an djyme», «Sou-nteu», «Sou-fa’a», «Sou-kwon nye nené», «Sou-ghing»

 

  

3.2. La traduction de chaque type d’ami en langue = «Sou-zè» = ami de naissance; «Sou-ton ndyé»   = Ami de la famille; «Sou-tche fa’an djyme» = Ami fidèle; «Sou-tche fa’an djyme» = Ami fidèle; «Sou-nteu» = ami de vrai, ami de la vie, amitié solide; «Sou-fa’a» = ami du travail; «Sou-kwon nye nené» =Ami d’amour vrai; «Sou-ghing» = ami du clan d’âge;

 

4. Dans l’esprit de la tradition, qu’est-ce que chaque type d’ami veut dire ?

4.1. Ce que chaque type d’ami veut dire =

«Sou-zè» = ami de naissance = Cela veut dire que depuis ta naissance tu as des amis nés au même moment, au temps, à la même période que toi. Vous avez une même histoire, vous avez le même espace et le temps, vous avez donc des choses en commun. Vous devez vous connaître, ne pas être indifférents ; D’ailleurs la tradition et la coutume Bapa prévoient même une association de clan d’âges sur une période d’environ 05 ans sous le regard de sa Majesté. au terme, chaque clan d’âge danse le «Zeu» c’est-à-dire le  «NOM» ; «neng zeu» = danser le nom.

 «Sou-ton ndyé»   = Ami de la famille = Il s’agit des amis entre membre d’une famille. Etant les habitants de voisinage, de concession familiale proche, on devient des amis, on noue des amitiés. il peut également arriver que depuis le village voisin, les parents tissent des amitiés qui aboutissent même aux échangent de femmes pour le mariage.

 «Sou-tche fa’an djyme» = Ami fidèle = le musicien André Marie TALLA de BANDJOUN chantait dans sa chanson, sa musique : «Soumeu-Soumeu Soumeu é é Soumeu nteu tchyé meumè. Nguè  la’a ghè la’a é é tè ghè yiè sou-é» = «Ami de quelqu’un, Ami de quelqu’un, l’Ami de quelqu’un dépasse son frère sang, que ferai-je pour avoir ma part d’ami»  = il s’agit d’ami fidèle, d’amitié sincère. Seul Dieu, Seule la providence en donne, un tel ami ou une telle amie dans la vie.

«Sou-nteu» = ami de vrai, ami de la vie, amitié solide; = il s’agit de l’amitié solide qui dépasse tout lien de sang, de fraternité plus solide que le physique, le réel. Un jour lors des obsèques à Bayangam, le témoignage d’un fit tomber des sièges des ministres, des notables, des invités. Au fait, il prit la parole et dit : «Mon cher ami, notre amitié était si solide, différente au point que quand j’arrivais chez toi tu me donnais ton épouse pour dormir et faire l’amour. Maintenant que tu me devance là haut, tu sais je ne suis même pas baptisé comme toi, là-haut n’entre pas à l’intérieur du paradis, reste tout près de la porte, au point que quand j’arrive, tu puisses me faire entrer avant qu’ensemble, on aille à l’intérieur.»

«Sou-fa’a» = ami du travail =Parmi les amitiés, il y a ceux qui se connaissent dans le cadre du travail; ayant la même profession au village : maçonnerie, chasseur, commerçant, notable, etc. Leur amitié se limite seulement dans le cadre du travail, échange d’expérience, recherche d’emploi, recherche de projet etc.

 «Sou-kwon nye nené» =Ami d’amour vrai = l’amitié vraie centralisé sur l’amour est aussi connue. Assistance pendant l’accouchement, pendant le travail au champ, pendant le deuil, les obsèques, les funérailles ; la cuisson de certains repas comme le taro, le kwïe, bref ce qui demande et exige plus de travail.

«Sou-ghing» = ami du clan d’âge = oui nous l’avons déjà signalé plus haut, le clan d’âge est très développé chez les Bapa, les gens de la même génération. Tant chez les hommes que les femmes tout sexe confondu. Elles entreprennent pleine d’initiatives, des cotisations, les entraides, la construction des maisons à la chefferie à la demande de sa Majesté, et au terme la danse du «ZEU»

I.2. Allié (e) s de la femme et liens par le travail

1.      Dans votre langue, quel est le mot utilisé pour désigner allié ou alliance ? Quelle est la traduction littérale de ce mot ?

1.1  Mot utilisé pour désigner allié ou alliance = «ηgwa’a ka’an» ; «Ka’a nye» ; «Ma’a djyme» ; «Fi’i djyme»; «Kwïe pheu sye»; «Ka’a pheu tsè»; «Gho’om you nwe», «Fi’i you djyme»;  «Gho’om you djeu djyme ghom» ; «Gho’om ne nené», «Gho’om ghom tche fa’ak»;  «Gho’om ghom tche kwùa’ape», «Ghom lo’ok pfe» «Djeu djyme ghom»; etc…

 

1.2  Traduction littérale de ce mot =

«ηgwa’a ka’an» = égorger la magie, signer un pacte, faire alliance;

«Ka’a nye» = faire des promesses, donner rendez-vous;

«Ma’a djyme» = Prononcer des paroles venant du cœur;

«Fi’i djyme» = Prononcer des paroles provenant des profondeurs du cœur; ressortir la vérité du fond du cœur;

«Kwïe pheu sye» = frapper ou cogner son poigner par terre ; prendre une décision ferme;

«Ka’a pheu tsè» = lever la main en l’air; prêter serment;

«Gho’om you nwe» = dire ta part de parole, dire ta part de vérité;

«Fi’i you djyme» = dire ta part testament ;

«Gho’om you djeu djyme ghom» = dire ton dernier mot; prononcer ta sentence;

«Gho’om ne nené» = dire la vérité vraie;

«Gho’om ghom tche fa’ak» = prononcer des paroles inaltérables, des paroles fidèles;

«Gho’om ghom tche kwùa’ape» = prononcer des paroles inchangeables;

«Ghom lo’ok pfe» = des paroles pour mourir, des paroles testamentaires;

 «Djeu djyme ghom»= les dernières paroles avant la mort;

 

2.      Dans l’esprit de votre tradition, quels sont les différentes explications  attribuées à ce mot ?

2.1. Les différentes explications  attribuées à ce mot =

«ηgwa’a ka’an» = égorger la magie, signer un pacte, faire alliance = ce mot chez les Bapa a un sens péjoratif. Cela a trait à la sorcellerie, à la magie noire. A savoir recourir aux forces au culte pour parvenir à ses fins parce que incapable naturellement, on fait recours aux pratiques nocturnes. Il s’agit de faire des promesses, prendre des engagements, qui va jusqu’au sacrifice humain pour réussir sa vie.

 

«Ka’a nye» = faire des promesses, donner rendez-vous = chez les Bapa il faut être un homme ou une femme de parole, une personne qui respecte sa parole donnée ou réalise sa promesse. Au cas contraire vous traite comme un individu sans personnalité. On t’appelle «Djyme» = rêveur, un tourbillon, un menteur.

 

«Ma’a djyme» = Prononcer des paroles venant du cœur = Chez les Bapa lorsqu’on t’accuse d’une faute, tu dois prendre la parole pour dire ta version des faits, ou dire ta part de vérité ; te confesser en public. Dès lors tu prendre le «kadi» une sorte de rite où l’accusé lève la main explique ce qu’il s’est passé, il s’agit de jurer sur l’honneur, sur t propre vie en buvant le vin blanc ou en le versant par terre ou dans une fausse spéciale.

 

«Fi’i djyme» = Prononcer des paroles provenant des profondeurs du cœur; ressortir la vérité du fond du cœur = de la même famille que ce qui précède directement, il s’agit de ressortir tout ce qui te vient du fond du cœur à ce sujet.

 

«Kwïe pheu sye» = frapper ou cogner son poigner par terre ; prendre une décision ferme = cette expression chez les Bapa signifie prendre une décision très ferme, s’engager, qui change le tournant de ta vie.

 

«Ka’a pheu tsè» = lever la main en l’air; prêter serment = levant les mains chez les Bapa en parlant est signe très fort pour dire que tu t’exprime ave tout ton être, tout ton coeur et sans réserve.

 

«Gho’om you nwe» = dire ta part de parole, dire ta part de vérité = ici cela signifie donner ta version des faits, ta part de vérité. Exactement ce que tu as fait ou vu;

«Fi’i you djyme» = dire ta part testament = c’est exprimer de ta part ce que tout le monde retenir de toi, de ton histoire, de ton passage sur la terre.

 

«Gho’om you djeu djyme ghom» = dire ton dernier mot; prononcer ta sentence = exprimer ta dernière parole, comme ton testament.

 

«Gho’om ne nené» = dire la vérité vraie = dire et proclamer la vérité au nom de tout ce que tu as de plus cher. Tes parents, ta famille, tes enfants, ton épouse et surtout ta propre vie.

 

«Gho’om ghom tche fa’ak» = prononcer des paroles inaltérables, des paroles fidèles = Dire des choses que tu ne pourras changer après pourquoi que ce soit.

 

«Gho’om ghom tche kwùa’ape» = prononcer des paroles inchangeables = dire des choses irréversibles, inchangeables.

 

«Ghom lo’ok pfe» = des paroles pour mourir, des paroles testamentaires = prononcer des paroles pour mourir après, tes dernières recommandations. D’où la nécessité de pas blaguer avec.

 

 «Djeu djyme ghom»= les dernières paroles avant la mort = dernière parole, la seule qui résumera ta vie, qui fera de toi un modèle, une personne à imiter.

 

3.      Au regard de ce mot, quels sont les types d’allié (e) s ou d’alliance qu’une femme doit avoir ? Comment doit-t-elle se comporter avec chaque type d’allié ?

3.1. Les types d’allié (e) s ou d’alliance qu’une femme doit avoir =

«Ma’a djyme» = Prononcer des paroles venant du cœur ;

«Fi’i djyme» = Prononcer des paroles provenant des profondeurs du cœur; ressortir la vérité du fond du cœur

«Kwïe pheu sye» = frapper ou cogner son poigner par terre ; prendre une décision ferme

«Gho’om you nwe» = dire ta part de parole, dire ta part de vérité

«Fi’i you djyme» = dire ta part testament 

«Gho’om ne nené» = dire la vérité vraie

«Ghom lo’ok pfe» = des paroles pour mourir, des paroles testamentaires

3.2. Comment doit-t-elle se comporter avec chaque type d’allié ? =

«Ma’a djyme» = Prononcer des paroles venant du cœur = comme vraie au risque de perdre sa propre vie ;

«Fi’i djyme» = Prononcer des paroles provenant des profondeurs du cœur; ressortir la vérité du fond du cœur = être vrai avec soi même, UN avec soi -même et avec les autres qui t’écoutent.

«Kwïe pheu sye» = frapper ou cogner son poigner par terre =prendre une décision ferme dont tu ne pourras regretter après.

«Gho’om you nwe» = dire ta part de parole, dire ta part de vérité = que ce que tu dis vienne du fond de ton cœur; soit l’expression de la vérité;

«Fi’i you djyme» = dire ta part testament = avoir une attitude réaliste sans ambigüité, sans hypocrisie;

«Gho’om ne nené» = dire la vérité vraie = que ce qui tu dis et le réel doit UN.

«Ghom lo’ok pfe» = des paroles pour mourir, des paroles testamentaires = Laisser une vérité qui meublera ton histoire.

 

4.      Dans votre langue, par quelle expression désigne-t-on culte des ancêtres ? Quelle est la traduction littérale de cette expression ?

4.1. Expression qui désigne le culte des ancêtres ? = «Tsye tsè» ; «Gho’om no tsè»,  «No’on po’o nô tsè», «Kouo’o ndyé tsè» etc…..

4.2. La traduction littérale de cette expression =

«Tsye tsè» = Elever la tête, déterrer la tête; ressortir la tête de la tombe;

 «Gho’om no tsè» = parler sur la tête ; t’adresser au défunt; dialoguer avec le défunt;

«No’on po’o nô tsè» = faire le sacrifice sur le crâne ; offrir des offrandes au défunt;

«Kouo’o ndyé tsè»= construire la maison des crânes ;

5.      Comment se manifeste particulièrement le comportement de la femme vis-à-vis des ancêtres dans votre communauté?

5.1. Le comportement de la femme vis-à-vis des ancêtres = attitude de respect, de vénération, de soumission, d’écoute, de foi, de continuation de leurs œuvres. Surtout protection de leur progéniture, de participer fidèlement au développement de leurs entreprises léguées et à la croissance de leur famille. Fort encore en contribuant au brandissement de leur NOM à travers leurs nombreuses progénitures.

 

II.                CULTURE ET BIOLOGIE

II.1. Teintures corporelles : marquages corporels, modifications corporelles, peintures corporelles. Nb : les teintures permettent de modifier le corps de la femme

1.      De votre point de vue, c’est quoi un marquage corporel?= Au Cameroun certaines  femmes ont remarqué que certains hommes sont plus attirés par les femmes brunes, les femmes au teint clair; ce sont des femmes chez qui les hommes donnent beaucoup d’argent. Dès lors certaines femmes font ce qu’on appelle le maquillage à savoir chercher des produits pour transformer et leur peau noir en peau blanche, en teint clair etc. En RDC où nous avons fait 3 ans de 2003 en 2006, il y a également ce phénomène de maquillage cette fois-ci autant chez les femmes que surtout chez les hommes; En RDC, les hommes après s’être lavés, mettent encore sur leur peau du savon, de l’huile, toute sorte de bruit pour se maquiller. pour se faire star. pour se faire remarquer. l’autre aspect de ce phénomène concerne dans le monde entier les stars, le tatouillage, à savoir se faire dessiner un animal un dessin, une marque sur le corps, sur le bras, au coup etc.

 

2.      Dans votre tradition, quels sont les mots utilisés en langue pour désigner les types de marquages corporels (scarifications, tatouages, piercing)?

Scarifications = «Ngwa’a nô»

Tatouages = «Tcha’a nô»

Piercing = «The bou’oun tou’oun»

 

3.      Quel est la traduction littérale de chaque mot ou expression ?

 

Scarifications = «Ngwa’a nô» = faire de petite blessure sur le corps;

Tatouages = « Tcha’a nô» = tacheter la peau du corps avec le kaolin.

Piercing = «The bou’oun tou’oun» = percer le trou de l’oreille

 

 

4.      Dans votre tradition, qu’est-ce que chaque mot ou expression veut dire particulièrement pour la femme?

 

Scarifications = «Ngwa’a nô» = faire de petite blessure sur le corps=

Tatouages = « Tcha’a nô» = tacheter la peau du corps avec le koalin =

Piercing = «The bou’oun tou’oun» = percer le trou de l’oreille =

 

 

5.      Quels sont les outils utilisés pour pratiquer chaque marquage corporel ? Qu’est-ce que chaque outil veut dire ?

 

6.      Outils utilisés pour pratiquer chaque marquage corporel ?

«Ngwa’a nô» = la lame de rasoir;

« Tcha’a nô» = le charbon, «beume» = le kaolin

«The bou’oun tou’oun» = l’aiguille brûlée ou stérilisée;

 

7.      Ce que chaque outil veut dire ?

 

«Ngwa’a nô» = la lame de rasoir = un objet de service domestique ; objet dangereux, qui peut blesser

« Tcha’a nô» = le charbon, «beume» = le kaolin= une patte que beau femme consomme, et qui permet de se masquer.

«The bou’oun tou’oun» = l’aiguille brûlée ou stérilisée = un objet de service domestique ; objet dangereux, qui peut blesser

 

8.      Comment est pratiqué chaque type de marquage corporel dans votre communauté ?

 

«Ngwa’a nô» = la lame de rasoir = on prend la lame de rasoir puis on fait des petites traits de bessure sur la peau

« Tcha’a nô» = le charbon, «beume», le kaolin = on prend le charbon ou le «beume» que l’on marque sur différentes parties du corps;

«The bou’oun tou’oun» = l’aiguille brûlée ou stérilisée = on brûle l’aiguille au feu puis l’on enfonce dans l’oreille pour percer un trou puis on y passe un fil.

 

9.      Dans votre communauté, quelles sont les différentes considérations que les uns et les autres ont de la femme et chaque type marquage corporel ?

Chez les Bapa, seul, «The bou’oun tou’oun» = qui consiste à percer l’oreille qui permet à la femme d’y introduire les boucles d’oreille est valide et recevable sans pré-jugement. Chez les Bapa, les autres marquages sont signes de prostitution, signe que la femme en question   veut se faire voir et attirer par les garçons, par les hommes.

 

10.  Pour la femme particulièrement, à quoi sert chaque type de marquage corporel?

En dehors du trou aux oreilles pour y fixer les boucles d’oreilles, les autres marquages c’est pour se faire belle et attirer les hommes. C’est pour améliorer sa beauté extérieure ; or chez les Bapa la beauté de la femme est surtout une beauté intérieure liée au comportement et à l’éducation de la femme ou de la fille dans sa famille. Chez les Bapa une belle femme est reconnue par son passage inaperçu, et non par des marquages, des fars pour attirer l’attention des hommes.

 

11.  En date d’aujourd’hui, quelle est la place de chaque marquage corporel dans votre communauté ?

C’est plus le tatouage, le maquillage qui rend la peau claire et brune  et les scarifications qui attirent les jeunes filles et jeunes femmes d’aujourd’hui pour se faire très belle et attirer les hommes.

 

II.2. Parures et Corps de la femme

Nb : Les parures sont utilisées pour habiller le corps de la femme, ce sont les ornements portés par la femme pour embellir son corps

Sur le plan vestimentaire

Dans votre communauté, quelles sont les considérations que l’on a vis-à-vis du corps de la femme ? = le corps de la femme est un excitant, il faut donc éviter de regarder la nudité de la femme ; non seulement vous serez  tenter de lui faire la courre, de la poursuivre, de la violer; le corps de la femme est une très grande merveille à regarder, une belle créature de Dieu, une splendeur, qui donne envie de rêver, de rester auprès d’elle. Et belle y fait un beau récit : «Dieu endormit Adam prit sa côte pour façonner la femme. Au réveil, Adam émerveillé déclara, voici l’os de mes os, la chair de ma chair on l’appellera femme parce qu'elle a été prise de l'homme. C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. Or, l'homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n'en avaient point honte. » (Genèse 2, 21-25). Contrairement à Adam et Eve qui tous nus n’ont pas honte, chez les Bapa, c’est entre homme et femme mariés que cela ne pose pas problème, car le mariage les autorise à aller à l’acte sexuel. Entre femme la nudité ne cause pas problème. Entre jeunes filles et garçons c’est interdit;  Plus grave chez Les Bapa, la nudité de sa mère ou de sa maman est une malédiction, à moins qu’elle soit dans u état grave de maladie que le garçon se soit obligé de la laver. Chez les Bapa quand la maman se met en extrême colère devant ses enfants, pour le manifester, elle demande et dit vouloir ou devoir se déshabiller, pour dire qu’elle met son véto et si les enfants sont conscients ils arrêtent le problème. Exemple : un jour le petit frère plus musclé et plus fort et la grande sœur se mettent à bagarrer, la maman n’a pu séparer et lorsque la bagarre s’accélérait au point que le petit frère tirait sa grande sœur par les cheveux au sol pour trainer par terre au salon, alors  la maman qui cria qu’elle devrait se déshabiller et c’est quand elle fit que le garçon comprit et arrêta la bagarre. Ainsi chez les Bapa la nudité de la femme revêt plusieurs aspects.

 

1.      Quel sont les types d’habits et chapeaux recommandés à la femme sur le plan traditionnel ? =

 

1.Les types d’habits recommandés à la femme sur le plan traditionnel ? = «kaba» «kèmka’a mvè» «ya’a kèm tou mvè»

 

2.2  Les types  de chapeaux recommandés à la femme sur le plan traditionnel ? =

«Mèta’ang»,  «Tcheug len»,  «Ya’a ya’a tcheug», «Tcheug gou» ;

 

 

2.      Dans la langue, quel nom utilise-t-on pour désigner chaque  type d’habit et chapeau ? Quelle est la traduction littérale de chaque type d’habit et de chapeau ?

3.      Nom utiliser pour désigner chaque  type d’habit =«kaba»,  «Sadja’a», «wa’aguisie», «Bôlé», «vètou», «sto’ok», «kèmka’a mvè», «ya’a kèm tou mvè», « mvè fo’oko»,

 

4.      Nom utiliser pour désigner chaque  type de chapeau= «Mèta’ang», «Tcheug len» «Ya’a ya’a tcheug», «cheug gou».

 

5.      Traduction littérale de chaque type d’habit=

«kaba» = Longue robe;

«Sadja’a» = le pagne;

«wa’aguisie»= = le foulard;

«Bôlé»= le soutien gorge;

«vètou»= le slip;

« sto’ok»= les chaussettes;

«kèmka’a mvè» = la chemise

«ya’a kèm tou mvè» = la jupe;

 «mvè fo’oko» = le pull;

 

6.      Traduction littérale de chaque type de chapeau=

«Mèta’ang» = super large chapeau pour les funérailles;

«Tcheug len» = chapeau lors de la cérémonie traditionnelle de l’assise sur la chaise;

 «Ya’a ya’a tcheug»= chapeau au large bord;

« Tcheug gou»= chapeau du champ contre soleil et pluie légère;

 

7.      Dans l’esprit de la tradition, à quoi renvoie chaque type d’habit et chaque type de chapeau?

 

7.1    Ce à quoi renvoie chaque type d’habit =

«kaba» = Longue robe = renvoie à la simplicité de la femme; au respect de la pudeur de la femme et de son intimité; c’est une tenue qui couvre entièrement le corps de la femme; c’est l’habit le plus populaire de la femme;

«Sadja’a» = le pagne = c’est un habit d’appui à la robe, lors des petits travaux domestiques, des travaux d’aide chez une de leur camarade; habit de protection de la robe contre la poussière, la saleté, quand il pleut aussi;

«wa’aguisie» = le foulard = tissu pour couvrir ses cheveu, pour couvrir sa tête; lorsque la femme prépare la nourriture les cheveux peuvent tomber dans la nourriture, d’où la nécessité de porter le foulard;

«Bôlé»= le soutien gorge = habit pour couvrir et soutenir les seins ; dès l’âge de la puberté la jeune fille doit déjà en avoir. Retient les seins et retarde son développement rapide;

«vètou»= le slip = pour couvrir le sexe de la femme, couvrir sa nudité; protéger contre la saleté et les maladies;

« sto’ok»= les chaussettes = pour protéger les pieds contre la sueur, la saleté, la boue;

«kèmka’a mvè» = la chemise = le haut pour protéger sa poitrine, le dos, le ventre, les côtes, etc…

«ya’a kèm tou mvè» = la jupe = pour protéger tout le bas de son corps, ses fesses, ses jambes ;

 «mvè fo’oko» = le pull =pour se protéger contre le froid, les moustiques etc.

 

 

7.2    Ce à quoi renvoie chaque type de chapeau  =

«Mèta’ang» = super large chapeau pour les funérailles= c’est un chapeau de prestige, pour célébrer les funérailles; ce chapeau est généralement en location car appartient à des familles riches ou nobles ; des grands notables.

«Tcheug len» = chapeau lors de la cérémonie traditionnelle de l’assise sur la chaise = certaines femmes ont le privilège faire ou de pratiquer le rite de l’assise ou de s’asseoir sur  la chaise «tchouè len» ou «tchouè kwo’o» s’asseoir  sur la chaise ; à cette occasion lors du rituel il y a le port du chapeau traditionnel.

 «Ya’a ya’a tcheug» = chapeau au large bord = c’est un chapeau en général de service, chapeau du travail contre le soleil et la pluie; protection contre les rayons solaires et les petites pluies;

« Tcheug gou»= chapeau du champ contre soleil et pluie légère = chapeau du travail, chapeau du champ, pour le service domestique;

 

8.      Quel est le matériel utilisé pour confectionner chaque type d’habit et chaque type de chapeau? Qu’est-ce chaque matériel veut dire ?

8.1    Matériel utilisé pour confectionner chaque type d’habit = «Yan té», «», «Fouo’o», «kya’a den», «Dheu», «Veug nye den», «Ya’an n’a», «Ghœp nome», «Ghoeup gwïe», «Ghoeup mvè»,  «Ghoeup neu»,  «Ghoeup kao’o», «Kèli’i», «Neig», «Nùn tsè»  

 

8.2    Matériel utilisé pour confectionner chaque type de chapeau

Idem

 

8.3    Qu’est-ce chaque matériel veut dire ?

«Yan té» = fibre de natte du palmier à huile;

«» = fibre de la natte des feuilles du raphia;

«Fouo’o» = peau sèche du bananier;

«kya’a den» = la peau sèche du bambou;

«Dheu» = la liane du bambou;

«Veug nye den» = les fibres intérieures du bambou;

«Ya’an n’a» = les feuilles ayant atteint la maturité du dattier;

«Ghœp nome» = peau d’animaux; 

«Ghoeup gwïe» = peau de la panthère; 

«Ghoeup mvè» = peau de la chèvre;

«Ghoeup neu» = peau du serpent;

«Ghoeup kao’o» = peau du bœuf;

«Kèli’i» = type d’herbe;

«Neig»= sorte d’herbe piquante;

«Nùn tsè» = les cheveux;

 

9.      Dans quelle circonstance la femme doit porter chaque type d’habit ?

 

10.  Quels sont les types de dessins et couleurs rencontrés sur les habits et chapeaux traditionnels portés particulièrement par la femme ? Que veut dire chaque type de dessin et de couleur ?

 

10.1Les types de dessins rencontrés sur les habits traditionnels portés particulièrement par la femme = «Nome tchema’a»; «Nomgwïe»; «Mvè»; «Neu»; «Ba’ap dem»; «Minjwïe zeum»; «Meusen»; «Mèheum»; «Sen gœp»;  «Keu»; «Gœp»; «Bem gœp»; «Gœp dem bem»; «Tchouo’o kwè»; «Guènome»; «Tsè kè ndyé»; «Tsè kweulo’on»; «Lheug»; «kou’ou kan»; «Djo’o»; «Béya’an»; «Tcho’o nguefouo’o»; «koukou’ou»; «»; «Soko»; «Pa’a ya’an»; «Pa’a tcha’a»; «Pa’aden»; «Kwùa’aken»; «kouo’oken»;  «Didyme»; «Phè»; «Lou’ou krieu»; «ko’op pé»; «kwieu kou»; «kougan»; «Thetheu»;

 

10.2Les types de couleurs rencontrés sur les habits traditionnels portés particulièrement par la femmePa’an», «Ssesè», «Ffo’oko», «Tcha’adedé», «Li’in na’a tchè»,  «Li’in pin», «Li’in ka’an ben», «Li’in ya’an krieu» ;

 

10.3Les types de dessins et couleurs rencontrés sur les chapeaux traditionnels portés particulièrement par la femme= Idem

 

10.4Que veut dire chaque type de dessin=

 

«Nome tchema’a» = léon;

«Nomgwïe» = panthère;

«Mvè» = chèvre;

«Neu» = serpent;

«Ba’ap dem» = le rat;

«Minjwïe zeum» = femme enceinte;

«Meusen»= l’oiseau;

«Mèheum» = l’épervier;

«Sen gœp» = la perdrix; 

«Keu» = le coq;

«Gœp» = la poule;

«Bem gœp» = les œufs;

«Gœp dem bem» = une poule couvrant ses œufs;

«Tchouo’o kwè» = la souris;

«Guènome» = le porc;

«Tsè kè ndyé» = régime de banane;

«Tsè kweulo’on» = régime de Plantin;

«Lheug» = l’igname :

«kou’ou kan»= macabo;

«Djo’o» = patate;

«Béya’an»= arachide;

«Tcho’o nguefouo’o» = épis de maïs;

«koukou’ou»= canne à sucre;

«» = taro;

«Soko» = piment;

«Pa’a ya’an» = maison en paille;

«Pa’a tcha’a»= maison en terre, en brique;

«Pa’aden» = maison en bambou;

«Kwùa’aken» = arbre de paix;

«kouo’oken» = arbre de paix; 

«Didyme» = Jujube; *

«Phè» = la kola;

«Lou’ou krieu» = vin blanc;

«ko’op pé» = mortier du taro;

«kwieu kou» = masque du «kougan», danse mystique;

«Thetheu» = masque effrayant;

 

 

10.5Que veut dire chaque type de couleur =

«Pa’an» = rouge;

«Ssesè» = noire ;

«Ffo’oko» = blanc;

«Tcha’adedé» = multi couleurs; 

«Li’in na’a tchè» = jaune ;

«Li’in pin» = gris ;

«Li’in ka’an ben» = bleu;

«Li’in ya’an krieu» = vert;

 

 

11.  Colliers et bijoux traditionnels

12.  Dans votre tradition, quels sont les types de colliers et bijoux traditionnels recommandés à la femme ? Comment les appelle-t-on dans la langue ?

13.  les types de colliers traditionnels recommandés à la femme = «Zè to’on», «Tou’ou» = «To’ok tchè»;

14.  les types de bijoux traditionnels recommandés à la femme = «Zè to’on»,  «Ya’alé», «Kwa’an phe», «Kwa’an tsè phe» etc…

 

15.  Comment les appelle-t-on dans la langue ? =

«Zè to’on» = Collier du coup;

«Ya’alé» = boucle d’oreilles;

«Kwa’an phe» = bracelet du bras;

«Kwa’an tsè phe» = l’anneau,l’alliance;

 

16.  Dans l’esprit de la tradition, chaque type de collier et de bijoux veut dire quoi ? A quoi renvoie chaque type de collier et bijoux traditionnel pour la femme ?

16.1Ce que veut dire chaque type de collier =

«Zè to’on» =  collier du coup;

«Tou’ou» = collier aux grosses graines;

«To’ok tchè» = collier de qualité;

 

16.2Ce que veut dire chaque type de bijoux =

 

«Zè to’on» = Collie du coup;

«Ya’alé» = boucle d’oreilles ;

«Kwa’an phe» = bracelet du bras;

«Kwa’an tsè phe» = l’anneau,l’alliance;

 

16.3Ce à quoi renvoie chaque type de collier traditionnel pour la femme  =

«Zè to’on» =  collier du coup = C’est un objet de beauté chez la femme; un objet qui la distingue de l’homme, mais selon la qualité, la distingue des autres femmes; la valeur et la qualité du collier la distingue et la place dans un rang social.

«Tou’ou» = collier aux grosses graines = c’est un collier spécial qui a une valeur de richesse. On en distingue différent type selon les prix. C’est un collier dont les graines chères, selon la grosseur. C’est un collier conservé dans un lieur sur de la famille, dans les valises, les cantines, soit dans la chambre chez papa soit chez maman dans un coffre.

«To’ok tchè» = collier de qualité = c’est le collier a valeur d’or dans le village; C’est des familles assez riche qui en possède. Les femmes de la dite famille en porte en des grandes occasions : funérailles, danse traditionnelle, réunion familiale;

 

16.4Ce à quoi renvoie chaque type de bijoux traditionnel pour lafemme  =

 

«Zè to’on» = Collie du coup = déjà voir ci-haut

«Ya’alé» = boucle d’oreilles =Ce sont des objets de beauté de la femme; chaque boucle a une valeur selon la matière et les prix; les femmes en portent selon les types de milieux et les lieux à fréquenter, selon les différentes personnes à rencontrer selon leur classe sociale.

«Kwa’an phe» = bracelet du bras = les explications ci haut reviennent également pour les bracelets; Toutefois il y a des bracelets que les femmes mettent en nombre et en quantité au bras.

«Kwa’an tsè phe» = l’anneau,l’alliance = l’anneau signifie une alliance soit du mariage soit de simple symbole de beauté.

 

17.  Dans quelle circonstance, la femme doit porter ces colliers et bijoux traditionnels ? =

 

- Réunion familiale;

- A l’occasion des jours du marché ;

- De la danse «kouo’o ba’a»,

- Des funérailles;

- Des voyages vers la ville;

- Des cérémonies de mariage;

- Des rassemblements communautaires;

 

 

18.  Quels sont les types de coiffures recommandés à la femme sur le plan traditionnel ? = «Tsè to’om dja’a», «Tsè don-don», «Tsè po’o don-don», «Tsè kougang», «Tsè ka’an-ka’an», «hho’o dou Tsè»,

 

19.  A quoi renvoie chaque type de coiffure ? =

 

«Tsè to’om dja’a»= coiffure dit «matoba» des cheveux transformées en petit billes;

«Tsè don-don» = coiffure en en brindille d’environ 15cm de hauteur;

«Tsè po’o don-don» = coiffure en en brindille d’environ 2 cm de hauteur;

«Tsè kougang»= coiffure dit «rasta» cheveux dressées mais très longue quise rabattent sur les joues;

«Tsè ka’an-ka’an»= coiffure avec des cheveux couchées sur la tête tressées sous forme de nattes; une à plusieurs nattes;

«Hho’o dou Tsè»= Tête ou cheveux entièrement et complètement rasées ; mais dans les circonstances de deuil, la perte d’un membre très cher.

 

 

III.             CULTURE ET SOCIALITE DE LA FEMME

 

1)      Dans votre communauté, c’est quoi le langage féminin ?= «Ghom pi njwïe» ou «Ghom mi njwïe»

 

2)      Quels sont les types de langages féminins observés dans votre communauté ? Que veut dire chaque type de langage ?

      2.1 Types de langages féminins observés dans votre communauté = «Ghom tche kwa’an», «Ghom tche sa’an», «Ghom tche jène», «Ghom ma’ape», «Ghom tche tya’ape thymi-i», «Ghom tso’o», «Ghom no’ome», «Ghom mo’o», «Ghom po’o», «Ghom bim lou’ou», «Ghom ghing doui-i».

      2.2.  Ce que veut dire chaque type de langage =

«Ghom tche kwa’an»= parole sans raisonnement;

 «Ghom tche sa’an»= parole sans réfléchir

«Ghom tche jène» = parole sans sagesse;

«Ghom ma’ape» = parole de sa mère

«Ghom tche tya’ape thymi-i» = parole sans profondeur

 «Ghom tso’o» = parole irréfléchie;

«Ghom no’ome»= parole de l’animal;

«Ghom mo’o» = parole de l’enfant;

 «Ghom po’o» = parole des enfants;

«Ghom bim lou’ou» = parole du soulard;

«Ghom ghing doui-i» = Parole d’un isolé qui marche seul

3)      Comment se manifeste chaque type de langage féminin ? =

 

«Ghom tche kwa’an»= parole sans raisonnement = Il s’agit des paroles qui ressortent de la bouche sans remuer la langue, spontané, reflexe, suite peut être à la colère, suite à un manque de maturité et de sagesse; des paroles prononcées sans réfléchir aux conséquences; des paroles qui causent de préjudices;

 «Ghom tche sa’an»= parole sans réfléchir = dans le même sillage, des paroles lâchées à la hâte, lors des bagarres, des insultes, des querelles, des injures, de la précipitation.

«Ghom tche jène» = parole sans sagesse = il est recommander qu’avant d’ouvrir ta large bouge pour prononcer des paroles en public chez les Bapa, il faut tourner ta langue au moins deux fois; ceci pour mesurer les conséquences; éviter que ta parole ne soit blessante, «attaquatoire»

«Ghom ma’ape» = parole de sa mère= chez les Bapa il y a certains jeunes garçons qui aiment passer leur temps auprès de leur maman, contrairement à la tradition et aux coutumes qui leur demandent d’être régulièrement et fréquemment auprès de leur papa ; ce genre de garçons sont appelés par le papa «Meu ma’ap»  et leur parole qualifiée de «Ghom ma’ape» à savoir des paroles sans consistances, dénuées de sagesse, de nuance, de pertinence, de vision etc…

«Ghom tche tya’ape thymi-i» = parole sans profondeur= il s’agit des paroles masquées, des paroles donc la profondeur est peut visible et perceptible; parole prononcée en gros et dont il y a beaucoup de détailles, comme un boulet de canon projeter sur la piste, dans l’espace et qui explose et on y retrouve autant d’incohérence;

 «Ghom tso’o» = parole irréfléchie= c’est la parole d’un raté de la société, d’un frustré de la société, d’un gauche, d’un marginalisé; d’un égaré, d’un perdu ; il lui manque tout, clarté, clairvoyance, sagesse, humanité.

«Ghom no’ome»= parole de l’animal= parole animal, d’un manque d’éducation, d’un manque d’humanisation ; on dirait est né en brousse, en forêt parmi les animaux;   qui n’a connu aucune éducation.

«Ghom mo’o» = parole de l’enfant= il s’agit des paroles immature, d’un enfant gâté, de riche, enfant dorloté, cajolé et chouchouté par son parent. Parole d’un enfant incapable de se prendre en charge, incapable d’initiatives;  enfant attaché à ses parents et qui attend tout d’eux ;

 «Ghom po’o» = parole des enfants= Idem parole des enfants

«Ghom bim lou’ou» = parole du soulard= parole d’un ivrogne, d’un alcoolique qui se décharge sur qui est en face de lui. Qui profite de son état pour régler les comptes avec tout le monde sur son passe; prononce des paroles irréfléchies, des salles paroles plus ou moins sans fondement.

«Ghom ghing doui-i» = Parole d’un isolé qui marche seul= il s’agit de la parole d’une  personne en marge de la société ; qui s’isole et n’a pas d’amis; ne fait pas les réunions ; elle prononce des paroles individualistes, des paroles d’égoïstes et d’egocentriques. Des paroles à intérêts personnels.

 

4)      Quels sont les supports utilisés par les femmes dans votre communauté pour transmettre les messages ? Que veut dire chaque support ?

       4.1 Les supports utilisés par les femmes dans votre communauté pour transmettre les messages = «Youo’op chè», «Toné-Toné», «Ghom jène», «Tikèta’a», «Tcho’ong», «Nen fya’a»

      4.2  Ce que veut dire chaque support =

«Youo’op chè» = chants;

«Toné-Toné» = récitation;

«Ghom jène» = proverbes;

«Tikèta’a» = devinettes ;

«Tcho’ong» = histoire- conte;

«Nen fya’a» = danses  d’animation («Meuteug», «Dja’an», «Gwa’a» Etc…)

5)      Quels sont les espaces dans lesquels le langage féminin est exprimé ? A quoi renvoie chaque espace ?

 

5.1  Les espaces dans lesquels le langage féminin est exprimé=

Célébration du Mariage;

Célébration de naissance;

Lieu de réunion des femmes;

Funérailles;

Lieu de travail au champ en groupe de solidarité féminine; «Seug» ;

Lieu de préparation du repas des réunions, des funérailles etc… ;

 

5.2    Ce à  quoi renvoie chaque espace =

 

Célébration du Mariage= c’est un lieu où la femme profite pour exprimer son «albol» son mécontentement, pour dénoncer la dictature de l’homme dans le foyer, son manque de dialogue; le doigt toujours indexé sur la femme pour tout problème, l’homme qui a toujours raison en tout et la femme porte le fardeau, le tord de tout dans le foyer;

 

Célébration de naissance= c’est le lieu dénoncer l’abus de toujours indexer la femme en cas de stérilité;  de donner le nom des membres de la famille de l’homme à l’enfant, en majorité; parfois même rien à la famille des femmes dans certains cas;

Lieu de réunion des femmes =

Funérailles= Lieu par excellence de dénoncer l’usage de beaucoup quand il s’agit des parents de l’homme et moins quand il s’agit des parents de la femme; de nourrir plus les invités de l’homme que ceux de l’épouse;

Lieu de travail au champ en groupe de solidarité féminine; «Seug» = les femmes dénoncent parfois qu’elles travaillent plus que les hommes pour le développement et la croissance de la famille. 

Lieu de préparation du repas des réunions, des funérailles= idem les femmes profitent toujours pour s’exprimer. Mais hélas les hommes font la sourde oreille;

 

IV.             CHANSONS POUR LA CATEGORISATION DE LA FEMME DANS LE GRASSFIELDS

1)      Dans votre communauté, comment se manifeste :

ü  Les chansons d’union pour la femme ? = «Youo’op chè kwitchouè minjwïe»

ü  Les chansons d’appréciation de la femme ? = «Youo’op chè li’in minjwïe»

ü  Les chansons de redressement de la femme? = «Youo’op chè tyo’ok minjwïe»

ü  Les chansons de circonstance de joie féminine ? = «Youo’op chè ηwoua’an nye minjwïe»

ü  Les chassons de naissances d’un enfant ? = «Youo’op chè lo’ok ha’a mo’o»

ü  Les chansons de respect de la femme ? = «Youo’op chè lo’ok hè Mkou’ bi minjwïe»

ü  Les chansons pour indexer la femme ?= «Youo’op chè lo’ok sélèm minjwïe»

 

2)      Dans votre communauté, qu’est-ce que chaque type de chansons veut dire pour la femme ?=

ü  «Youo’op chè kwitchouè minjwïe» = Les chansons d’union pour la femme  =

Chez les Bapa il s’agit surtout de l’union entre la femme et son époux. De l’unité des époux ; l’unité des femmes doit s’orienter dans le sens du travail, le travail des champs qu’on appelle «seug» = solidarité pour venir en aide entre les femmes pour le travail des champs, pour produire en agriculture et en quantité.

 

ü  «Youo’op chè li’in minjwïe» = Les chansons d’appréciation de la femme =

Oui chez les Bapa les femmes ont des qualités reconnues qu’on apprécie : il y a : 

Ø  La procréation ;

Ø  La garde du secret conjugal;

Ø  Supporter les souffrances du couple;

Ø  L’Education des enfants;

Ø  La continuité de l’accompagnement et de l’encadrement de la progéniture après le décès de l’époux ;

Ø  Le constant rapprochement des enfants de leur papa, surtout les garçons;

Ø  Supporter les accusations des hommes en l’occurrence sur la stérilité au lieu de se révolter;  

Ø  La cuisson des meilleurs repas;

Ø  La garde et la conservation dans les chansons  des meilleurs proverbes, adages, sketchs et poèmes de la tradition et de la coutume Bapa;

Ø  Les femmes sont des meilleurs musiciennes et chanteuses;

Ø  Des meilleurs prophètes traditionnelles (Exemple : Ma’aken de Femlou);

 

 

ü  «Youo’op chè tyo’ok minjwïe» = Les chansons de redressement de la femme = A travers les chansons, les femmes véhiculent des messages très forts de signification et de leçons;  parfois elles forment 2 camps, qui chantent en se formulant des critiques, des dénonciations, des conseils, des suggestions pour la conscientisation des femmes ; la prise de conscience afin de vivre dans la paix;

 

ü  «Youo’op chè ηwoua’an nye minjwïe» = Les chansons de circonstance de joie féminine = a l’occasion des circonstances diverses comme la naissance, des réunions, des fêtes, de mariage, etc… : elles organisent des danses appelée : le «Gwa’a», le «Dja’ang», le «Meuteug» au cours desquelles elles entrent en extase pour manifester leur joie, elles exécutent des lors des chants de joie en y invoquant, Dieu, sa Majesté, des grands notables, des grandes personnalités du village ; des distingués invités présents, et elles sont bien farotées, récompensées, rémunérées avec des invités qui viennent déposer des billets d’argent sur leur front;    

 

ü  «Youo’op chè lo’ok ha’a mo’o» = Les chassons de naissances d’un enfant = c’est des chants de joie d’accueille du nouveau bébé, la grande joie pour la croissance de la famille, pour la bénédiction de Dieu sur le couple ; surtout la naissance est une grande preuve de joie pour la famille de la femme qui démontre que son offre, «sa marchandise», son «produit» était de meilleur qualité; grande joie pour la femme en personne, son enfant lui présage un avenir meilleur, elle sera désormais et dorénavant respecté de son époux, de sa belle mère, de son beau père et de toute sa belle famille; pendant l’exécution des chants c’est le forotage  de tout côté car l’arrivée du bébé conclure et scellée et le mariage; il ne peut plus avoir de doute, de peur et surtout de divorce;

 

 

ü  «Youo’op chè lo’ok hè Mkou’ bi minjwïe» = Les chansons de respect de la femme = cette chanson est encore  en plus émouvant lorsqu’il la femme pour qui on fête a fait d’enfant;  alors la joie est plus grande, la joie atteint le sommet et la fête devient de plus en plus grande et plus belle; les refrains et les couples des chants ici valorisent la femme, la place au centre de la vie de la famille car c’est qui assure la pérennité de l’espèce et surtout de la semence et du NOM de la famille;

 

ü  «Youo’op chè lo’ok sélèm minjwïe» = Les chansons pour indexer la femme = Chez les Bapa, les hommes au sommet de leur art et de leur être se méfient grandement de la femme; oui les hommes font semblant de faire confiance aux femmes, mais en réalité, ils reconnaissaient sa place dans leur société; pour ce qui concerne le vrai secret, les hommes écartent les femmes;  dans la gestion du pouvoir central du village, nulle part n’apparait une femme, même pas une seule. d’ailleurs autour de sa Majesté, le Roi des Bapa, il y a le pouvoir des 9 notables, aucune femme n’y est.  Au milieu des sociétés secrètes et mystiques, il y a toujours une femme certes, mais au centre de la décision de l’action magique, mystique, intègre des hommes, la femme n’a pas place. Les femmes participent du pouvoir du totémisme et l’on peut trouver des femmes ayant des totems comme le serpent mais comme des lions et des panthères  et autres gorilles c’est très rare. La place de la femme c’est plus au foyer surtout pour procréer. on y voit la femme comme cet être qui fini par trahir l’homme. c’est pourquoi le jeune garçon doit éviter d’être appelé «Meu ma’ape» à savoir l’enfant de sa mère et l’homme «Meu-Minjwïe» à savoir l’homme ayant un très grand faible pour sa femme ou la femme; en conclusion les chansons indexent la femme comme un être nécessaire mais ambiguë, ondoyant, mystérieuse capable à la fois du meilleur, de joie comme du pire, de tragiques déceptions.

 

V.                STATUT DE LA FEMME COMME EPOUSE DANS LE GRASSFIELDS

 

1)      Comment votre communauté considère une femme épouse ?= Elle est considérée comme un produit fini, une semence qui doit produire du fruit, les fruits qui ne sont autres que les enfants; Elle doit être l’enseignante et l’éducatrice qui transmet les valeurs aux enfants dès le sein maternel; les hommes supposent que c’est elle qui passe sa majeur de temps au foyer avec les enfants; D’ailleurs chaque femme a dans la concession de son époux, sa propre maison construite par son époux et là où elle vit avec ses enfants;

 

2)      Au regard de la tradition, quels sont les rôles d’une épouse dans votre communauté?  = Elle doit veiller à l’éducation, la croissance, la nutrition des enfants et de tous les membres du foyer. Elle doit pousser les enfants vers leur père, les placer et les mettre avant tout, tous à son service : filles comme garçons ; enseigner, instruire et rappeler le savoir être, savoir vivre et avoir puisé dans la tradition et les coutumes Bapa légués par les ancêtres et sous la conduite et la vigilance de sa Majesté au trône aux enfants.  

 

3)      D’après la tradition, quels sont les espaces fréquentés particulièrement par une femme mariée ? Quels sont les espaces qui lui sont interdits ?

 

       3.1. Espaces fréquentés particulièrement par une femme mariée = Sa chambre, Sa cuisine, sa cour, son champ, le marigot, la visite chez sa belle mère, chez d’autres femmes qui ont accouché ; la réunion des femmes après avoir confirmé sa maturité au foyer, dans ses entreprises et fait preuve surtout de stabilité ; le marché sous le regard contrôlé de la société traditionnelle; les lieux de deuil, des obsèques, des funérailles sous le contrôle des personnes ressources, des personnes avisées et de la société traditionnelle. Il suffit d’une petite rumeur pour que toute une enquête soit envisagée par époux et les siens. 

       3.2. Quels sont les espaces qui lui sont interdits ? =

Les bars ;

Les dancings,

Les veillées, les obsèques, les funérailles sans accompagnement et surveillance;  

Les voyages seuls;

Le marché chez les villages voisins sans accompagnement et surveillance;  etc…

 

4)      Quels sont les espaces de fréquentation d’une femme non mariée dans votre communauté ? Quels sont les espaces qui lui sont interdits ?

4.1. Espaces de fréquentation d’une femme non mariée dans votre communauté =

Le marché;

Les dancings;

Les veillées;

Les obsèques;

Les funérailles;

Le marché des villages voisins;

Les longs voyages ; etc…

 

N.B :Toutefois le regard de la société traditionnelle et sa mémoire enregistrent le comportement des unes et des autres afin de rentre compte à qui de droit souhaitent épouser la femme non mariée. Car c’est en fonction de son témoignage de vie que chaque jeune fille est recommandée  et conseillée comme idoine comme future bonne épouse.

Chez la société traditionnelle a un registre du témoignage de vie de chaque individu qui l’accompagne et le suivi jusqu’au terme de sa vie. C’est pourquoi un adage y dit clairement : «C’est au pied de l’arbre qu’on identifie et reconnait ceux ou celles qui mangeaient et avalaient le noyau»  = «Pe ηwa’ak tou ba’an tè djé pè zeu mye ba’an».

 

4.2. Espaces qui lui sont interdits d’une femme non mariée dans votre communauté =

 

Les hôtels;

Les restaurants accompagnés;

Les auberges;

Les promenades avec les inconnus;

Les sorties  avec habillement suspect : mini - jupe, pantalon, fards (rouge, noirs à lèvres)

Maquillage, changement de peau, teint clair ;

Mauvaises compagnies toujours avec les garçons;

Fréquentations des milieux du sexe masculin; (stade de foot ball)

Le cinéma;

Les vidéoclubs etc…

 

5)      Dans votre communauté, comment une femme mariée accède-t-elle à la terre ? Qu’en est-il de la femme non mariée ?

5.1. Comment une femme mariée accède-t-elle à la terre ? = Une alternative, quand une jeune mariée arrive chez son époux, si elle est la première femme, elle vit avec son époux dans une maison généralement de 2 à 3 chambres un salon une cuisine. La tradition prévoit au fait qu’au moment opportun, son époux doit lui offrir un espace de terrain dans la concession d’abord pour cultiver son champ, et ensuite pour y construire sa propre maison à elle. Chemin faisant dès que cette première étape est acquise, la femme se démerde auprès de son époux pour la construction de la dite maison;  elle peut demander de l’aider de part et d’autres des deux familles selon le côté où elle se sent bien-aimée ou l’occasion favorable; dès qu’elle réussit cette construction, cette terre devient pour elle, et elle y sera enterrée et son successeur y reviendra soit pour y continuer la vie ou reconstruire afin même les petits enfants y séjournent au nom de leur maman ou grand-mère. Les épouses du chef, héritent des concessions abandonnées au village où elles sont installées par le chef lui-même. Les femmes qui reçoivent le titre de notabilité peuvent formuler la demande au chef qui leur en offre. Il y a également des parents, des successeurs qui jugent de la notoriété et de l’évolution sociale des femmes de la famille qui leur en offre. Il peut également arriver qu’une femme se retrouve abandonner par son époux, son papa ou le successeur de la famille peut lui trouver un espace pour construire et y vivre et demeurer avec ses enfants;  etc….

5.2. Ce qu’en est de la femme non mariée ? = Chez les Bapa femmes non mariées cela dépend, si elle n’a pas d’enfants, c’est difficile d’en octroyer un terrain. Mais si elle est même non mariée mais ayant des enfants, la société traditionnelle lui offre la même opportunité que la femme mariée auprès de son papa, de leur successeur des amis et connaissances; c’est même son enfant et ses enfants qui peuvent l’aider à avoir un terrain.

6)      Dans votre communauté, dans quelle circonstance la terre est au nom de la femme et lui appartient? Qu’en est-il de la femme non mariée ?

6.1. Circonstance dans laquelle la terre est au nom de la femme et lui appartient ? =

Si elle est mariée;

Si elle a eu des enfants;

Si elle est successeur;

Si elle a eu un don;

Si elle a hérité;

Si elle a acheté (Chez les Bapa acheter dans le temps signifiait recevoir comme don mais tu offres : sac de sel, tine d’huile, enveloppe, etc.. bref un geste symbolique au donateur, )

6.2. Ce qu’il en est de la femme non mariée ?= Au centre du principe chez les Bapa, c’est non mariée mais avoir un enfant même adopté qui sera ton successeur au terme de ta vie. Au cas contraire on t’enterre avec un caillou en main et sur une montagne si au long ta vie tu as vraiment manifesté ton intention à ne pas contribuer à la croissance de la famille en refusant de procréer de façon claire et nette. On t’appelle : «Bye ndyé» = «Destructeur de la famille»  et l’on t’enterre avec un caillou dans le cercueil sur la montagne et pas même au milieu de la concession familiale, on t’isole sur la montagne là aucun enfant que tu n’as voulu avoir ne viendra te visiter sur ta tombe.

 

VI.             STATUT DE LA FEMME COMME MERE DANS LE GRASSFIELDS

1)      Dans votre communauté, c’est quoi une être femme ? Qu’est-ce que ça veut dire devenir une femme dans votre communauté ?

1.1  C’est quoi une être femme ? =c’est une procréatrice, une reproductrice de la progéniture de l’homme. voilà la principale fonction de la femme dans la pure tradition. elle est comptée parmi ce qu’on appelle dans le quotidien le «ka’akouo’o»  à savoir le bagage de l’homme. D’ailleurs c’est en dernier ressort de son parcourt, son éducation, sa croissance, son parcourt jusqu’à l’âge adulte, l’acquisition d’un emploi, la construction d’une maison, que rapidement les parents de l’homme le harcèle de prendre rapidement une femme pour compléter tout ce que nous venons d’énumérer précédemment. D’ailleurs   à regarder de très, la femme qui dans le foyer ne tombe pas enceinte dans les 3 mois qui suivent est directement  persécutée par sa belle mère et ensuite, on suggère à époux de s’en débarrasser ridement sans perdre le temps. Au 2e rang, l’être femme accompagne l’homme dans le projet de créer et de continuer le projet de la croissance et la multiplication des membres de la famille. elle accompagne pratiquement comme un être mécanique. si elle est féconde, et fait même des jumeaux là on la respecte. Si non en 3e rang le service quotidien. Au 4e rang il y a la nutrition, elle doit veiller à ce que à toutes les occasions, surtout la réunion familiale dans la famille de son époux il ait à manger. Même si l’époux n’a pas rationné, elle doit en tirer dans son champ pour préparer. Il en va de son honneur. Une autre preuve, pour marteler sur sa principale fonction de procréation, quand on fait la réunion, elle ne peut assister. Elle  est à la cuisine pour préparer. Même servir à table lui est interdit, de peur qu’elle n’écoute le divers de la réunion. Elle s’y présente au moment de débarrasser la table de faire la propreté et de remettre de l’ordre. En ces temps moderne on le permet de venir souhaiter bonne appétit et de ressortir rapidement.

 

1.2  Ce que ça veut dire devenir une femme dans votre communauté ?= devenir une femme veut dire faire beaucoup d’enfant ; c’est une mère pondeuse; si elle réussie à cette mission primordiale et sacrée, elle bénéficie des récompenses, du respect, et de la protection de toute la femme en commençant par son époux. Devenir femme signifie faire des jumeaux dans ton parcourt, faire des triplets, là tu es respecté, honoré, chouchouté et vénéré mais dans la discrétion. au terme des grandes occasions, les grands membres de la famille de l’époux te font un geste discret, à l’occasion des funérailles des parents de la femme, voilà l’occasion de manifester sa joie pour toute la famille de l’époux, elle se mobilise comme un seul homme pour célébrer l’événement. En apparence ils font leur devoir mais au font, ils célèbrent de nombreuses naissances réussies par l’épouse. En cas de maladie de l’être qui a été féconde il y a reconnaissance, et en cas de décès plus encore.

 

2)      C’est quoi être une mère dans votre communauté ?= Etre mère c’est faire des enfants, c’est procréer, supporter les aléas et les difficultés du mariage. Refuser le divorce au nom des enfants, fruits du mariage. Etre mère c’est la capacité pour la femme de tenir bon jusqu’à la mort sans divorce, sans rechigner,  sans se plaindre. avaler les couleuvres de l’époux en général polygame de plusieurs femmes concurrentes. Etre mère c’est se sacrifier pour son époux et son enfants jusqu’au martyr.

 

3)      Quels sont les rôles attribués à une mère dans votre communauté ?  = procréatrice, nourricière, éducatrice,  accompagnatrice, marraine, patiente, compatissante, présente dans les moments difficiles et de l’époux et des enfants, consolatrice de l’époux et des enfants, accueillante de sa belle famille, soumise à son époux, ménageant sa relation avec sa belle mère, visionnaire, protectrice, travailleuse, éveillée,  attentive, préventive, anticipative etc…

 

6.      De votre point de vue, que représente la maternité pour une femme? = c’est sa vocation, sa mission, son objectif principal;  une femme qui n’accouche chez les Bapa est malheureuses, elle conjure toutes les forces et les puissances pour en avoir. Si non comme nous l’avons dit plus haut elle est rejetée par tous. D’ailleurs, nous l’avons dit, 3 mois après le mariage s’il n’y a pas grossesse, là commence sa souffrance, sa croix et le début de son martyr. Elle ne dort plus, ne sourit, plus, évite les lieux publics et de joie. elle a honte. Quand elle va dans un lieu public, elle sait que les regards sont tournés vers elle pour la traiter de femme stérile ; d’avoir échouée, d’avoir mentit, d’avoir trompé la famille de l’époux.  Pire encore la tradition ne prévoit pas que la stérilité peut être du côté de l’homme, c’est avant tout toujours du côté de la femme. 

 

7.      Selon vous, que représente un enfant pour la femme dans votre communauté et quel est son importance? = L’enfant c’est le trophée, c’est la victoire, c’est la preuve que même Dieu était au départ de cette union. L’enfant c’est le fruit de l’amour entre l’époux et l’épouse,  c’est le signe de la bénédiction des ancêtres et du ciel, des ancêtres. l’enfant c’est le sacre que le mariage a marché. L’enfant c’est la richesse incommensurable, l’enfant c’est le bâton du relais, c’est la photo ; c’est la semence qui germera, grandira et poursuivra la mission, sauvegardera le nom de la famille. l’enfant c’est le drapeau, l’emblème, le cachet à caractère indélébile et ineffaçable. la preuve tangible du mariage, de l’amour des époux. Chez les Bapa, mariage sans enfants, c’est une voiture sans carburant, autrement dit l’Enfant c’est l’acte même du mariage, c’est le signe et le symbole de l’indissolubilité du mariage. Quand il y a enfant et après vous divorcer c’est la honte. Cat au nom des enfants, signe de la présence et de la bénédiction de Dieu, vous devrez tout supporter jusqu’à la mort.  

 

 

7.2 Son importance ? = l’Enfant c’est l’héritier, c’est le porteur du bâton du relais, c’est lui qui porte le nom de la famille ; c’est lui à la fois le drapeau, le symbole, l’emblème de toute la famille.  C’est lui l’espoir; c’est le physique et le visible; c’est lui le but marqué dans le filet lors du match de foot entre les époux; l’enfant est la racine pivotante;

 

8.      Dans votre communauté, quels sont les types d’interdits alimentaires qu’une femme doit respecter ?= la femme ne devrait pas manger le rat ; les œufs ; les viandes de brousse;

 

9.      A quel moment particulier doit-t-elle respecter ces interdits alimentaires ?=

«Interdit du rat» = A tout moment au risque de ne pas accoucher;

«Interdit des œufs» = A tout moment au risque de ne pas avoir de mari; très frivole

«Interdits des viandes de brousse» = A tout moment au risque d’être insoumise au foyer. D’être femme de la rue, du genre prostituer, chasse garder de tous les hommes, irrespectueuse ;

 

10.  Lorsqu’elle ne respecte pas ces interdits alimentaires, qu’est ce qui va lui arriver et comment doit-t-elle faire pour réparer le mal ?

 

10.1. Ce qui va arriver  à la femme qui ne respecte pas l’interdit alimentaires = elle ne doit pas accoucher;

 

10.2.  Ce qu’elle doit faire pour réparer le mal = confession publique, engagement et promesse de ne plus recommencer;

 

11.  A quoi renvoie chaque type d’interdit alimentaire pour une femme mariée et pour une femme mère ?

 

11.1       Ce à quoi renvoie chaque type d’interdit alimentaire pour une femme mariée=

Cela renvoie à la morale, à l’éducation de base reçue en famille avant le mariage; Cela renvoie à la soumission, à l’obéissance à la tradition, aux coutumes et à son époux;

 

11.2       Ce à quoi renvoie chaque type d’interdit alimentaire pour une femme mère=

Au respect de ses enfants ; être un modèle pour eux, pour son époux et sa famille;  montrer l’exemple à suivre à sa progéniture et dans la société; montrer qu’on soumise aux lois du village, à la tradition et coutume des ancêtres, au roi au chef à sa Majesté au trône qui veille à l’application des us et coutumes du Village Bapa. Au cas contraire on est interpellé par la chefferie à travers les notables, les soldats ou les serviteurs du chef.

 

12.  Dans votre tradition, c’est quoi un’jour interdit’’ ? = «Lhyé djè» =

 

13.  Dans le calendrier traditionnel, quels sont ces’jours interdits’’ =

 

«Djidjeug» = principal jour férié;

«Chepté» = jour du marché Bapa avec quelques interdits

«Temgou» = quelques petits interdits;

«Ndzese»= interdits minimes

 

 

14.  Que représente ces jours interdits particulièrement pour la femme dans votre communauté ?= Pour la femme les jours interdits représentent beaucoup de choses, entre autre :

Interdiction de cultiver;

Interdiction d’élever la voix pour crier de joie, pour «To’o gwon»

Interdiction de chanter, parler à voix basse;

Interdiction de piocher dans la terre;

Interdiction de rester chez soi, il faut aller au marché le «chepté»

Interdiction d’aller même au champ récolter;

 

Merci pour votre aimable collaboration.

 

PAR JOSEPH TEFANG

CONTACT : Tél. 674523252/695100808

E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site web : www.bapaecole.cm

Samedi 15 août 2020 à 21 heures

Commentaires  

0 #19 genesis pro download 28-07-2021 23:09
I really like studying and I believe this
website got some really utilitarian stuff on it!
Citer
0 #18 home business 26-07-2021 19:22
Thanks for another informative site. The place else
may I am getting that kind of info written in such a perfect method?

I've a venture that I'm simply now running
on, and I have been on the look out for such
information.

my web-site: home
business: https://www.pcb.its.dot.gov/PageRedirect.aspx?redirectedurl=https://www.u-pull-it.com/used-auto-parts-store-near-me/
Citer
0 #17 working on internet 23-07-2021 09:26
Wow, awesome blog layout! How long have
you ever been blogging for? you made blogging look easy.
The overall glance of your website is excellent,
as smartly as the content!
Citer
0 #16 188bet 19-07-2021 06:39
I really like your blog.. very nice colors & theme. Did you design this website yourself or did you hire someone to do it
for you? Plz answer back as I'm looking to design my own blog and
would like to find out where u got this from. kudos

Also visit my site :: 188bet: https://www.188bongda.com/188bet-link/
Citer
0 #15 v9bet 18-07-2021 19:15
Great article, exactly what I wanted to find.



Review my web page - v9bet: https://www.v9bet.tv/
Citer
0 #14 check here 15-07-2021 08:49
Write more, thats all I have to say. Literally, it seems as though you
relied on the video to make your point. You clearly know what youre talking about,
why waste your intelligence on just posting videos to your blog when you could be giving us something informative to read?
Citer
0 #13 get more info 15-07-2021 00:28
Hey there! I know this is sort of off-topic however I needed to ask.
Does managing a well-establishe d blog like yours take a lot of work?

I'm completely new to running a blog but I do write in my journal everyday.
I'd like to start a blog so I will be able to share my experience and feelings online.
Please let me know if you have any ideas or tips for brand new aspiring blog owners.

Thankyou!
Citer
0 #12 بک لینک ارزان 13-07-2021 11:05
Every weekend i used to visit this web page, for
the reason that i want enjoyment, as this this web site
conations genuinely fastidious funny data too.
Citer
0 #11 website 13-07-2021 06:20
This post is worth everyone's attention. How can I find out more?
Citer
0 #10 skate 13-07-2021 06:13
Way cool! Some very valid points! I appreciate you penning this write-up plus the rest of the site is extremely good.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

JOSEPH TEFANG

Tous Les Articles

Powered by Shamir

Publicités de nos partenaires


Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663
  • Publicités de nos partenaires
    10-12-2016
    J.F DECOR Décoration – Location - Vente des Tentes & Chapiteaux                       Location Véhicules Matériels de Cérémonies- Service...
  • Publicités de nos partenaires
    10-12-2016
    D.G: M. KENMOGNE KAMCHE VICTOR Tél. 678005349/695464976 GRAND NORD BAR (TSANAGA & LODGE) BAR avec une capacité de plus 150 places, avec toute sorte de boissons varies Services : Location des lieux, livraison de la boisson sur place pour fête, pour...
  • Publicités de nos partenaires
    09-12-2016
  • Publicités de nos partenaires
    02-09-2014
     
  • Publicités de nos partenaires
    24-08-2014
      Infographie, Informatique, MultiService, Formation, .....       TEL : (237) 75 45 45 89      //        (237)  22 63 80 22 Email :  imagepro2008@yahoo.fr Situé à la descente...
  • En savoir plus ...

PUBLICITES


Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 660

Deprecated: preg_replace(): The /e modifier is deprecated, use preg_replace_callback instead in /home/bapaecole/domains/bapaecole.cm/public_html/libraries/joomla/filter/input.php on line 663
ABEGA COMPUTER Publicité - ABEGA COMPUTER

 

ABEGA...

Lire la suite...
BRECG Publicité - BRECG

 

ANDRE TCHEYACNOU, EXPERT GEOTECHNICIEN ET ...

Lire la suite...
SOMATEL HOTEL Publicité - HOTELS DU GROUPE SOMATEL

 

GROUPE SOMATEL.

...

Lire la suite...
SUPERMACHE RAYCO Publicité - SUPERMACHE RAYCO

 

SUPER MARCHE...

Lire la suite...

Flux d'actualité